Rétrospective du cours de l’or : les trois records historiques de l’or

Le 05/01/2021 par Morgane dans Tendances de l'or

Partager ce contenu

2020 aura été l’année de tous les records pour le cours de l’or. Après une hausse fulgurante dès la fin janvier, l’or a battu un nouveau record en août, franchissant la barre symbolique des 2000 dollars l’once, avec une performance de +27% par rapport à janvier 2020. Du jamais vu depuis dix ans ! Après une nouvelle baisse, classique après une telle envolée, le prix de l’or est remonté doucement mais sûrement en décembre pour atteindre les 1900 $ l’once d’or. Le contexte attise de nouveau l’intérêt des investisseurs pour l’achat d’or en bourse, qui confirme son identité de valeur refuge en période de crise.

Même si le cours de l’or n’a jamais été aussi haut, il a autrefois connu des soubresauts défiant toute probabilité, souvent en liens avec des crises majeures au niveau mondial. La géopolitique, l’économie et la santé sont ainsi étroitement liées, et leur influence sur le cours du métal doré est irréfutable. Découvrez trois records du cours de l’or, et les événements en lien avec sa croissance..

Dévaluation et étalon-or : 1971

Jusque dans les années 70 aux Etats-Unis, la stabilité des taux de change était garantie par les accords de Bretton Woods, passés en 1944 au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. L’or servait d’étalon pour quantifier la valeur du dollar ; la convertibilité de l’or en dollar avait alors été établie au prix de 35$ l’once. Ce système monétaire permettait de stabiliser le cours du Dollar souverain, puisque la création de monnaie fiduciaire était liée aux réserves d’or de la banque centrale : en cas de déséquilibre dans la balance des paiements, l’or quittait la banque centrale pour combler les déficits. Moins d’or signifiait alors moins de création monétaire. La quantité de monnaie en circulation était donc réduite, avec pour effet une désinflation qui permettait de relancer la compétitivité des produits nationaux et l’exportation.

Cependant, en 1971, le président Richard Nixon met fin à la convertibilité du dollar. Pourquoi stopper ce système, qui assurait au dollar une stabilité monétaire qui durait depuis plus de 27 ans ? Entre autres inconvénients, le système monétaire de l’étalon-or permettait aux pays possédant une forte quantité de dollars dans ses coffres de demander à tout moment aux USA la conversion de ces dollars en lingots d’or. C’est ce qui se passa en 1971 : la République Fédérale d’Allemagne présenta aux Etats-Unis ses demandes de remboursements des dollars excédentaires en or. S’ils avaient respecté les accords de Bretton Woods, les USA auraient vu se vider les coffres de la banque nationale : afin d’éviter une ruée vers l’or des pays possédant un surplus de dollars, le gouvernement Nixon préféra dévaluer le dollar américain et rompre les accords. Par conséquent, l’or cessa d’être le poids de mesure des échanges monétaires internationaux : il devint alors une valeur boursière, dont le cours fut soumis au marché, et la valeur de l’or commença durablement à grimper.

1980 : une nouvelle ruée vers l’or

Nous l’avons vu, les tensions géopolitiques influencent l’évolution du cours de l’or et des métaux précieux. Soumis depuis 1976 à la loi de l’offre et de la demande, le cours de l’or varie fortement : il atteint en 1980 le record de 850 dollars l’once, ce qui équivaudrait aujourd’hui, en prenant en compte l’inflation, à 2800 dollars environ !

Revenons-en aux faits. En janvier 1980, nous sommes en pleine guerre froide ; l’incertitude règne dans un contexte d’inflation. Le prix des barils de pétrole grimpe fortement, impacté par la révolution iranienne et l’intervention soviétique en Afghanistan. Découlant directement de la suppression de l’étalon-or, le prix de l’once d’or s’envole sur fond d’anxiété générale et de tensions géopolitiques. S’ensuit une véritable ruée vers l’or, considérée comme seule valeur refuge : en quelques jours, le cours du métal jaune grimpe à +1754% par rapport à sa valeur en 1970 !

Cependant, comme la plupart des envolées boursières, ce record finira inévitablement par s’essouffler. En avril, la cotation de l’or était déjà redescendue sous la barre des 500 $ ; après une nouvelle hausse, elle s’inscrira dans une tendance à la baisse jusque dans les années 2000.

Zone euro endettée et emploi en berne : 2011

La crise des subprimes et de l’immobilier de 2008 a laissé planer une ombre inquiétante sur les marchés boursiers. La crainte d’une récession est grande : aux Etats-Unis, les chiffres de l’emploi font grise mine, et en Europe, la solidité des banques centrales semble mise à mal. Un nouveau contexte d’incertitude, qui agit comme un effet de levier favorable au cours de l’or. Le métal précieux est à nouveau perçu comme la valeur refuge idéale pour les investisseurs, et le marché de l’or flambe : en août 2011, il établit un nouveau record à 1921,17 $ par once.

Sa forte hausse fut néanmoins suivie d’une baisse rapide, principalement due aux divers encadrements réglementaires auquel fut soumis le cours de l’or américain à partir de l’automne 2011. Néanmoins, le monde du trading perçut un nouvel intérêt dans la volatilité de ses mouvements. Bien que le cours de l’or se soit par la suite replié de 42% entre août 2011 et fin 2015, les spécialistes s’accordèrent définitivement sur une tendance structurelle haussière sur le long terme.

A retenir

  • En 1971, l’or cesse d’être l’étalon de valeur du dollar et devient une valeur boursière soumise au cours du marché.
  • En 1980, l’or atteint le record de 850 dollars l’once, ce qui équivaudrait aujourd’hui, en prenant en compte l’inflation, à 2800 $ environ.
  • En 2011, la crainte d’une récession fait grimper le cours de l’or jusqu’à 1921,17 $ par once.
  • Le cours de l’or en 2020 a battu tous les records historiques, sa forte hausse étant étroitement liée à la crise sanitaire du coronavirus : à son plus haut, il a dépassé les 2000 $ l’once.

Related posts

Produit ajouté à la wishlist