Or et Bitcoin, un comparatif actualisé

Le 19/07/2021 par Morgane dans Investir dans l'or

Partager ce contenu

Pièce numérique Bitcoin

Les monnaies virtuelles connaissent un succès croissant depuis la création du bloc genesis, premier bloc de Bitcoin, en janvier 2009. Un succès tel qu’aujourd’hui le dictionnaire Larousse, institution de référence de la langue française, définit comme suit les crypto-monnaies. Ces dernières étant des « moyens de paiement virtuels utilisables essentiellement sur Internet, s’appuyant sur la cryptographie pour sécuriser les transactions et la création d’unités, et échappant à tout contrôle des régulateurs et des banques centrales ».

Preuve de l’engouement qu’elles suscitent, en 2019 le Ministère de l’économie et des finances avaient recensé 2 871 crypto-monnaies en circulation dans le monde (Bitcoin, Dodge, Ether, Ripple…) pour une valeur cumulée de 2000 milliards de dollars américains (abrégé USD) dès avril 2021. Certaines entreprises n’hésitent d’ailleurs plus à qualifier ces actifs numériques de valeurs refuges, au même titre que l’or et ce, malgré un cours des plus volatiles à l’instar des récents déboires du Bitcoin dont le cours entre avril et juillet 2021 a dévissé de 50%.

La comparaison avec l’or semble d’autant plus délicate que les crypto-monnaies ne sont pas des actifs tangibles et qu’ils ne semblent pas parfaitement répondre à la définition canonique d’une monnaie, cette dernière étant un une unité de compte, un moyen d’échange et une réserve de valeur. C’est d’ailleurs sur cette dernière fonction que la différence avec l’or est la plus remarquable.

Dès lors, pour dresser une comparaison entre l’or et une crypto-monnaie il semble donc plus pertinent de comparer leur volatilité et leur rentabilité à terme.

Les crypto-monnaies s’embrasent et se consument

Dans un premier temps, il convient de dresser un comparatif des actifs considérés en se basant sur leur volatilité.

Les dernières actualités du Bitcoin

Mardi 13 avril 2021, le cours du Bitcoin atteignait 62 732 USD. Vendredi 16 juillet 2021, la valeur de cet actif était descendue sous la barre des 27 000 USD, soit un décrochage de 57% en trois mois. Si l’évolution récente des cours alarme certains spécialistes à l’instar de Michael Burry – celui-là même qui avait annoncé la crise des subprimes de 2008 – il est bien entendu prématuré de conclure à la mort certaine des crypto-monnaies. Toutefois ces fluctuations permettent d’identifier une première faiblesse du Bitcoin, et plus largement des crypto-monnaies face à l’or : leur volatilité.

Des tweets pour fondamentaux économiques

Cette volatilité des cours empêche ainsi les crypto-monnaies de devenir des réserves de valeur pérennes. Les actifs numériques ne disposent pas de fondamentaux économiques et ne sont indexés sur aucune autre valeur que la loi de l’offre et de la demande. Concernant le Bitcoin « On ne peut ni le voir, ni le toucher, ni même le rattacher à une quelconque activité. […] Le bitcoin n’a en effet pas de fondamentaux incontestables et incontestés ». Cette absence d’assises dans l’économie réelle les expose donc aux jeux d’influences, en particulier sur les réseaux sociaux comme en témoignent les interventions sur Twitter d’Elon Musk. En janvier 2021, le dirigeant de Tesla, qui avait ajouté un « emoji » et le mot « Bitcoin » à sa micro biographie Twitter aurait ainsi fait bondir de 14% le cours de cet actif.

La volatilité du cours de l’or s’explique économiquement

Certes, la volatilité du cours de l’or est parfois importante, jusqu’à plus de 12% en moyenne par jour en 2008. D’aucun jugeront de tels écarts importants pourtant, à la différence des crypto-monnaies, il est possible d’analyser économiquement ces fluctuations. De fait, ce métal est un actif de refuge et on observe une tendance contracyclique de son cours. Plus la situation économique est tendue, plus l’or est prisé par les investisseurs et inversement.
Plus encore, une corrélation négative s’observe historiquement entre le cours de l’or et l’évolution des taux d’intérêts réels américains, c’est-à-dire la soustraction des taux d’inflation au taux d’intérêts nominaux. La simple existence de cette relation a pour effet de permettre aux investisseurs de déployer une stratégie de placement rationnelle et de bénéficier pleinement de cette fonction de valeur refuge, ce que ne permettent pas les crypto-monnaies. 

Pièce d'or Napoléon
La pièce d'or Napoléon est un actif financier idéal pour débuter la création d'un portefeuille d'épargne en or.

L’or, moins rentable que la crypto ?

Dans un second temps, il convient de poursuivre cette comparaison en analysant plus en détail la rentabilité réelle des actifs considérés.

Bitcoin et or, des actifs compétitifs

En décembre 2015, la cotation de l’once d’or atteignait 1068,32 USD tandis qu’en août 2020 son niveau était de 1971,17 USD. Une analyse graphique permet de relever que ce cours atteignait 45,64 USD en janvier 1972, un mois après l’éclatement du système de Bretton Woods. Autrement dit, en quatre ans le prix de l’once d’or s’est apprécié de 84,5% et de 4219% depuis 1972. Ces excellents résultats sont certes inférieurs à la plupart des rentabilités potentielles des crypto-monnaies, à l‘instar du Bitcoin ou du Dodge mais une simple comparaison chiffrée n’est pas pertinente. En effet, la rentabilité des placements dans l’or n’est pas soumise aux tweets d’une personnalité ou à une envolée inexplicable mais peut être analysée, et donc intégrer une stratégie patrimoniale précise et rentable sur le long terme.

Être un investisseur averti ne peut assurer la pérennité de ses actifs numériques

Le site internet coinskat.com recense les plus grosses pertes des investisseurs en crypto-monnaies. En parcourant ses pages, force est de constater que si les montants des pertes peuvent se chiffrer en millions d’euros, les raisons sont souvent anodines. Un utilisateur a ainsi perdu 10 000 Bitcoins en 2011 en raison d’un formatage de disque dur mal réalisé, soit l’équivalent de 318,870 millions d’USD à valeur de 2021.

Ces témoignages permettent d’identifier une nouvelle faiblesse des crypto-monnaies comparativement à l’or : étant des actifs numériques, elles reposent sur des hardwares qui ne sont pas infaillibles. En d’autres termes, les possibles fortunes acquises peuvent s’évaporer pour des raisons exogènes à la stratégie de l’investisseur.

L’or ou l’équivalent universel

Un dernier atout de l’or relève de sa fonction historique d’équivalent monétaire universel. La liquidité de cet actif est telle que les banques centrales en ont historiquement thésaurisé des stocks importants, et tendent à en accumuler davantage depuis quelques années, à l’instar de la banque centrale de Hongrie.
A contrario, de nombreux pays restreignent l’usage ou interdisent purement et simplement le Bitcoin, notamment en raison de la décentralisation et de l’absence de régulation de cet actif. Certes, en économie, la seule certitude est qu’à « long terme nous seront tous mort » (Keynes). Toutefois, il est probable que l’or gardera cette fonction d’équivalent universel, tandis que la tolérance du Bitcoin par les autorités monétaires nationales pourrait s’étioler.

A retenir

Les crypto-monnaie comme le Bitcoin sont aujourd’hui plébiscitées par de nombreux investisseurs. Certains n’hésitent d’ailleurs plus à qualifier ces actifs numériques de valeurs refuges, au même titre que l’or. Pourtant, des différences significatives existent entre l’or et les crypto-monnaies, à la défaveur de ces dernières. L’or est un actif éprouvé, rentable, fiable et permet de déployer une stratégie de placement rationnalisée sur le long terme, ce que ne permettent pas toujours les investissements en crypto-monnaies.

Related posts

Produit ajouté à la wishlist