Pièce d'or : qu'est-ce que les refrappes Pinay ?

Le 02/04/2021 par Morgane dans L'Histoire de l'or

Partager ce contenu

Pièce d'or originale vs pièce d'or dite

La refrappe Pinay est le terme communément employé pour désigner les pièces de type 20 Francs Napoléon et 20 Francs Marianne, à l'origine frappées entre 1907 et 1914, qui ont été fondues et refrappées dans les années 50.

Histoire des refrappes de pièces d’or françaises

Si la contrefaçon de pièces d’or peut coûter cher au civil qui s’y emploie, les États au cours de l’histoire se sont parfois lancés dans des opérations de contrefaçons tout à fait légales pour émettre de nouvelles pièces. Ces refontes étaient en premier lieu destinées à reconstituer des stocks de pièces d’or de première qualité, avec les débris de pièces usées et abîmées. 

Refrappe de 1921

Après la première guerre mondiale, la vente de pièces d’or fut rétablie en France. Le but de ce nouveau tirage était donc de pouvoir proposer au public des pièces en bon état, et d’influer ainsi sur le cours de l’or via l’offre et la demande. Il fallait également reconstituer les stocks d’or, amoindris par la guerre. Près de 200 000 pièces de 20 Francs Marianne Coq en or auraient été refrappées à cette époque.

Refrappe des années 50

Entre 1951 et 1960, un peu plus de 37,5 millions de pièces 20 Francs Coq furent fabriquées par l’Etat français. Également destinées à renflouer les stocks d’or du pays, vidés par la Seconde Guerre Mondiale, ces nouveaux tirages en grande quantité ont également eu une fonction économique notable. 

La refrappe Pinay : une manœuvre de renflouement des caisses de l’Etat

En 1952, la valeur de la monnaie française est pénalisée par la durée de la guerre d’Indochine. Antoine Pinay, président du Conseil des Ministres, met en place au mois de mai un emprunt national à hauteur de 3,5%, dont les intérêts sont indexés sur le cours officiel du 20 Francs Napoléon en or. C’est la rente Pinay : les français sont libres d’acheter des titres, en étant assurés d’une rémunération de 3,5% en fonction du cours du Napoléon.

Toutefois, un peu plus tôt en janvier 1952, le fonds de stabilisation des changes sous le contrôle de la banque de France indiquait alors procéder à la mise sur le marché de pièces d’or de 20 francs. Ce sont les fameuses refrappes Pinay, aux millésimes 1907 à 1914. La manœuvre est tactique. En saturant le marché de l’or avec des millions de pièces d’or démonétisées, le gouvernement espérait influer négativement sur le prix du Napoléon, et ainsi réduire le taux d’endettement public.  

Cet emprunt national se révélera cependant très onéreux pour l'État malgré le faible taux d’intérêt. Avec la hausse du cours de l’or, pour 36 francs récoltés par l’Etat au moment de la mise en place de la rente, les derniers remboursements en 1988 atteignaient 1474 Francs l’unité.

Différences entre refrappes Pinay et pièces originales

Les refrappes Pinay ont été frappées par l’Hôtel des monnaies à partir des anciens coins (moules) utilisés pour la frappe des pièces d’époques de 1907 à 1914. Visuellement, elles sont donc en tout point semblables à leurs sœurs plus anciennes, et comprennent sur la tranche les mots “Liberté Egalité Fraternité”. Comme les originales, leur diamètre est de 21 millimètres. Leur régime fiscal est par ailleurs identique. 

Cependant, leur composition métallique diffère légèrement : les refrappes Pinay contiennent environ 900,39 millièmes d’or, alors que les pièces originales tournent autour des 902,63 millièmes d’or. On trouve également un très faible pourcentage d’argent dans l’alliage des refrappes, tandis que les originales sont composées exclusivement d’or et de cuivre. Elles présentent ainsi une très légère différence de teinte en fonction du pourcentage de cuivre. Les pièces dites refrappes Pinay possèdent donc une couleur plus rougeâtre que leurs consœurs, qui peut permettre en les comparant à l'œil nu de savoir à quelle catégorie elles appartiennent.  L’autre différence notable avec les pièces originales du début 1900 est qu’elles ont été très peu manipulées sur le marché, et n’ont majoritairement pas fait l’objet d'une mise en circulation. Leur état est donc généralement comme neuf.

A retenir

  • Les refrappes Pinay ont été façonnées dans les années 50, à partir de résidus et débris d’or et de pièces d’or abîmées.
  • Leur millésime est compris entre 1907 et 1914, puisque les coins utilisés pour leur création sont ceux d’origine. 
  • Leur pourcentage d’or est légèrement inférieur à celui des pièces originales, et elles contiennent un très léger pourcentage d’argent.
  • Il est possible pour un œil exercé de reconnaître une refrappe Pinay en la comparant à une originale : sa couleur sera plus rougeâtre, du fait de la présence moindre d’or.
  • Contrairement aux pièces originales, les refrappes Pinay sont généralement en état comme neuf. 

Related posts

Produit ajouté à la wishlist